Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
11 janvier 2014 6 11 /01 /janvier /2014 15:44

Chers lecteurs et lectrices, suite à la publication de mon dernier billet je viens de recevoir un mail du directeur général des centres Cosem qui m'assure prendre en considération le problème et s'en occuper activement !

N'hésitez pas à me contacter pour signaler toute amélioration ou pas ....

Les usagers ne sont pas forcement des moutons qui doivent tout subir,   et il existe des solutions en terme de ressources humaines, rien n'est donc irrémédiable !

Partager cet article
Repost0
8 janvier 2014 3 08 /01 /janvier /2014 16:43

centre-Cosem-Boudreau.JPG

Le Centre COSEM, qui se trouvait dans un immeuble assez insalubre à côté de la gare Saint Lazare, a déménagé rue Boudreau, face à une sortie du RER A station Auber. De prime abord, cela parait pratique, économique, puisque la consultation chez le dentiste est entièrement prise en charge grace au tiers payant si vous avez une mutuelle ou la CMU C. Les nouveaux locaux sont splendides, tout est neuf, propre, design ...

Tout ? Non, le personnel d'accueil, au téléphone, ou en direct, semble avoir oublié de suivre une formation à l'accueil, voire ne parait même pas en mesure de faire preuve de la correction la plus élémentaire ( en tous cas à l’étage dédié aux soins dentaires ) .

J'y suis allée une première fois en décembre, et j'avais déjà assisté à une scène hallucinante au cours de laquelle une dame avait été vraiment traitée avec mépris, voire avec méchanceté. Bien qu'il y eut peu d'usagers ce jour là, le temps d'attente pour régler la consultation avoisinait la demie heure car les employées papotaient entre elles comme si il n'y avait personne dans la queue... A la sortie, dans l’ascenceur,  la dame devant moi, (celle qui avait été particulièrement malmenée) s'était ouverte à moi de son mécontentement, ajoutant que, de surcroit, elle était venue pour un détartrage qui n'avait duré que 5 minutes ( 6 fois moins longtemps que la queue pour régler les détails administratifs. )

Aujourd'hui, j'avais rendez-vous à 14h pour un panoramique, suivi à 14h30 du rendez-vous avec le dentiste. Au téléphone, on avait bien insisté sur le fait qu'il fallait venir très en avance. J'avais également reçu un SMS me rappelant le RV. J’arrivai donc comme la première fois, avec une demie heure d'avance, comme on me l'avait conseillé. Il n'y avait personne dans la salle d'attente. Je pris donc mon ticket (comme à la sécu) et m'apprêtait à attendre en bouquinant, quand l'employée me demanda, l'air déjà excédé, de venir à son comptoir. J’obtempérai. Et là, j'eus à subir le même traitement que celui qu'avait subi la dame la fois précédente : remarques méprisantes, air condescendant, et, en un instant je me suis senti ravalée au rang de "sous-merde" si vous voulez bien me passer l'expression...

D'un coup, la colère m'est montée au nez et j'ai repris ma carte sécu et mutuelle et suis partie, refusant de m'engager dans des soins au long cours dans un centre où l'accueil est aussi détestable.

Je gage que l’employée de l’accueil aura prétendu que je ne m’étais pas présentée, ou encore que j’étais folle à lier.

Je crains, hélas qu’il y ait d’autres personnes qui n’ont pas les moyens de retourner chez un dentiste privé et qui devront, en serrant les dents, supporter ces mauvais traitements.

En revanche, si vous vous destinez à un métier d’accueil et de contact public prenez rendez-vous en soins dentaires chez Cosem rue Boudreau et observez bien : ce que vous verrez sera formateur, c’est exactement ce qu’il ne faut pas faire !

 

Partager cet article
Repost0
13 novembre 2013 3 13 /11 /novembre /2013 17:33

journeegentillesse-copie-1.JPGLa journée de la gentillesse ne date pas d’hier. Elle a 50 ans.

Née au Japon en 1963, elle a été introduite en France par le Journal Psychologies magazine il y a cinq ans, et  on en parle de plus en plus, dans le journaux, au travail, dans les médias…

Encore faudrait-il ne pas se contenter d’en parler, mais c’est une autre histoire.

Ou de s’en gausser sur les réseaux sociaux.

 

La vraie gentillesse ne se trouve pas sous les bottes d’un cheval. Il ne s’agit pas de la confondre avec la mièvrerie ou avec la faiblesse.Car si le gentil accumule un bon karma et renforce ses défenses immunitaires en faisant le bien autour de lui, il est souvent aussi un être fragile, peu armé face aux méchancetés qu’on rencontre parfois sur le lieu de travail, voire au sein de nos familles.

 

La pratique  tibétaine nommée Tonglen peut permettre au « gentil » de continuer à pratiquer sa gentillesse tout en allégeant le karma de celui qui l’est moins :

Il s’agit en effet de visualiser par exemple la noirceur de la personne qui vous a blessé( sa souffrance, sa maladie, tout le négatif ), d’imaginer cette fumée pénétrer par votre narine jusqu’à votre cœur votre cœur où, d’un coup, dans une sorte d’explosion, elle se transmute en une lumière blanche et pure qui ressort par l’autre narine et que vous pouvez ré -adresser au fauteur de trouble, en la faisant pénétrer en imagination dans son corps, éventuellement par le sommet du crane, le purifiant  ainsi.

Cet exercice  ne demande qu’un peu de calme, et le désir d’améliorer les choses. La personne qui pratique Tonglen en sort apaisée, et il peut arriver que l’autre personne, sans savoir pourquoi, améliore son comportement.

Mais là encore, point de mièvrerie, il arrive que la gentillesse et la compassion ne soient t pas la préoccupation première de certaines personnes, par exemple si vous avez affaire à un PN ( pervers narcissique). Dans ce cas, inutile d’aller au casse pipe, si Tonglen ne marche pas sur l’autre, prenez vos distances et protégez vous…

La fuite, dans certains cas peut être la seule victoire.

 

Mais c’est une autre histoire. Encore que.

 

Se protéger c’est aussi de la gentillesse.

 

Envers soi même !

Partager cet article
Repost0
11 novembre 2013 1 11 /11 /novembre /2013 14:41

violetteleduc.JPGCe long week end du 11 novembre m'a permis, en autres réjouissances, de visionner deux films recemment sortis : Quai d'Orsay de Bertand Tavernier ( no comment)  et Violette, réalisé par Martin provost. Je choisis sans hésiter de consacrer ce billet à Viloette. Magnifique portrait d"une femme à fleur de peau, écrivaine révélée par Simone de Beauvoir ( génialement incarnée par sandrine Kiberlain). Le film retrace la génèse de l'oeuvre de Leduc, qui a accouché dans la souffrance de La Batarde, "coachée" comme on ne le disait pas encore à l'époque, par Simone de Beauvoir. C'est aussi et surtout l'histoire de l'amour fous que Viloette vouait à la compagne de Sartre.

Il s'agit d'un film long, presque 3 heures, qui prend le temps,  sans jamais nous ennuyer.

On se souviendra de séraphine, un autre magnifique portrait d'artiste réalisé par Martin provost. Violette est à la hauteur de Séraphine, une femme qui crie à travers son art sa douleur d'exister, mais pour qui, comme le dit Beauvoir dans l'interview qu'elle consacre à Leduc à la fin du film, la litterature est  salut.

Partager cet article
Repost0
23 octobre 2013 3 23 /10 /octobre /2013 17:17

Gravity-le-film.jpgEnfin un film pour lequel la 3D a un sens. Dans Gravity, on expérimente grandeur nature l'apesanteur, le silence intersidéral, la beauté de la terre vue des étoiles. C'est un film qu'on vit plus qu'on ne le regarde. Du début à la fin on est scotchés, et on sort heureux de retrouver le plancher des vaches. Les petits tracas de la vie quotidienne paraissent alors bien mesquins après une telle épopée. Car plus qu'une simple histoire d'astronautes c'est une parabole de la vie que nous raconte Gravity. Ce film est une vraie réussite, allez, disons  le mot, c'est un chef d'oeuvre ! Carrement.

Partager cet article
Repost0
9 octobre 2013 3 09 /10 /octobre /2013 16:49

LA-VIE-1.JPG

Pour vous faire un avis le mieux est quand même d’aller juger par vous-même. Pour ma part, je  pense que le film plaira sans doute aux hommes hétéros.

C’est un effet un fil réalisé par un homme, et les scènes d’amour sont filmées ni plus, ni moins, à la manière d’un film pornographique ( pour hommes), de façon voyeuriste, lourde, et interminable. Au bout du compte, l’érotisme est  mis à mort.

La première heure du film se traîne, longuette. Les scènes sont tournées façon « Entre les murs »( film que j’ai adoré en revanche) , à la manière de scènes improvisées. C’est très juste du coup, mais aussi très longuet. On se réveille quand Adèle rencontre Emma. On tombe sous le charme de la jeune fille aux cheveux bleus, on est émus, remués.

Puis vient la scène d’amour physique, longuette et anti érotique au possible, tant elle s’échine à monter tout  de façon crue. Ensuite, le film  continue de raconter cette relation en alternant des scènes bavardes,  supposées donner une caution intellectuelle à l’ensemble de l’œuvre, et des scènes de repas où sont ingurgitées à n’en plus finir des spaghettis bolognaise et des huitres.

Au bout de deux heures, morte d’ennui, je suis sortie….

Quand on se souvient de films comme « when night is falling” qui n’a jamais eu aucune palme d’or, on ne peut que s’agacer  de cette vie d’Adèle impudique et creuse comme un verre à lampe

 

Partager cet article
Repost0
7 octobre 2013 1 07 /10 /octobre /2013 13:03

sansglutenstgermain-1.JPGsansglutenstgermain-2.JPG 

B onne nouvelle : la boulangerie Pains et Merveilles 36 rue Bonnenfant à Saint-Germain-en-Laye vend désormais un pain de mie sans gluten, fait avec de la farine de riz et de la fécule de pomme de terre. Il est vendu au poids, à un prix tout à fait raisonnable puisque pour le pain de mie que vous voyez en photo j'ai déboursé 2,45€ !  

Une initiative boulangère à encourager , n'hésitez donc pas à rendre visite à cette boulangerie si vous passez par ici.

Ah ! J’oubliais : ce pain, que je viens de goûter, est excellent, et nous change radicalement des étouffe-chrétiens qu'on a l'habitude de servir aux intolérants au gluten...

Partager cet article
Repost0
6 octobre 2013 7 06 /10 /octobre /2013 17:41

salonzen2013.jpgC'est la rentrée aussi pour les salons, et ce week-end se tenait le salon du Zen à la Porte Champerret. Je n'ai pas fait cette année de trouvailles particulières, mais j'ai remarqué, au niveau des formations, de plus en plus de propositions autour du métier de "mentaliste". Sans doute un effet secondaire de la série américaine. Après quelques discussions avec les organismes en question il m'est apparu qu'il s'agissait d'un pot pourri de techniques PNL, Langage non-verbal, etc...permettant de faire ...du coaching.

Je n'ai pas non plus été trés convaincue par les formations au métier de praticien Feng Shui en...5 semaines. Quand on sait qu'à Hongkong ou Singapour, la discipline s'apprend auprès de maîtres et que l'étude dure des années, cela parait quelque peu léger.

En revanche, j'ai retrouvé avec plaisir mon vendeur de Proden Plaque Off, comprimés que je prends régulièrement pour éliminer d'une manière naturelle la plaque dentaire et le tartre. C'est efficace et rentable, dans la mesure où cela peut éviter un détartrage douloureux et onéreux chez le dentiste.

Tel :04 94 19 15 46 mail : info@buccosante.com, site www.buccosante.eu (attention sur le site les produits sont plus chers que sur les salons )

Les vendeurs de plaque pourpre de Tesla, que j'avais achetée l'année dernière, étaient toujours là. Je ne peux rendre compte de l'utilisation du produit sur l'année passée, car j'ai prêté définitivement  la fameuse plaque à mon collègue de bureau qui ne l'a plus quittée, et qui l'utilise lors d'attaques de migraines. Il dit sentir un léger effet. En revanche le résultat de mes recherches sur le net n'étaient guère encourageants en ce qui concerne le sérieux des "preuves scientifiques" mises en avant par les vendeurs. Mais, puisque la plaque produit des effets postifs quand même, who cares ?

Enfin, j'ai relevé avec intérêt l'existence de AEGID, organisme de portage salarial tourné vers les métiers du bien-être qui compte déjà deux animateurs de yoga du rire parmi ses salariés.L'organisme m'a paru sérieux et permettrait d'éviter de passer par la formule associative, toujours susceptible d'entraîner une perte de contrôle de sa propre activité, puisque un président d'association ne peut être salarié de la même association. Pour tout renseignement www.aegid.fr et mail : contact@aegid.fr, tel : 01 60 11 13 05.

Une bonne moisson, au bout du compte, non ?

 

 

Partager cet article
Repost0
6 octobre 2013 7 06 /10 /octobre /2013 17:25

eyjafjallajokull.jpgAprès deux week ends cantonnée à la maison, je suis sortie de ma retraite forcée pour aller voir .... le film dont la fiche est au dessus, esprérant rire un peu. Hélas, trois fois hélas, les seuls moments drôles sont déja dans la bande annonce et, malgré Valérie Bonneton que j'adore, ça ne tient pas, mais alors pas du tout, la route....

Dans la foulée, j'ai visionné Diana, moins nul que les critiques l'avaient annoncé. Un beau portrait de femme très très seule.( On comprend  que les anglais n'aient pas trop aimé.)

J'ai, enfin, enchainé avec Parkland, incontestablement le plus intéresant des trois si on aime l'histoire. Il s'agit de la réconstitution très réaliste des évènements tels qu'ils se sont déroulés lors de l'assassinat de kennedy. panique totale, improvisation, personnages paumés. On découvre aussi la faimille de Lee Harvey Oswald avec une mère totalement folle et un frère touchant et perdu. 

Vous l'aurez deviné, tout cela ne pretait pas trop à rire mais j'ai compensé par le salon Zen à la Porte Champerret qui fera l'objet de mon prochain billet.

Partager cet article
Repost0
16 septembre 2013 1 16 /09 /septembre /2013 19:06

photo-copie-2.JPG Une fois n'est pas coutume, même si Joyeusement Votre a pour  vocation de publier des billets sur des choses plutot joyeuses, ce billet -ci vous recommande chaudement un roman autobiographique, beau témoignage d'une femme, intitulé "Dissimuler pour vivre, génèse d'une femme homosexuelle dans les années 60".

 

C'est très bien écrit, dans un style sobre, dépouillé.

C'est le témoignange d'une trajectoire douloureuse, celle de Joséphine, née à une époque où l'homosexualité ne se disait pas aussi facilement qu'aujourd'hui.( Mais est-ce que les choses ont autant évolué qu'on voudrait le croire ? Les récentes manifestations aniti mariage laissent de gros doutes sur ce sujet.).

C'est aussi l 'histoire d'une enfant vicitme de maltraitance, au sein d'une famille quasi délirante. Un père méprisant, une mère torturée, violente, mais aussi séduisante, et qui permettra, au bout du compte, à Josephine de s'affirmer comme petite fille face au frère porté, à son corps défendant,  sur un piedestal aliénant,  par un père totalement misogyne.

 

C'est noir, très noir , comme la réalité peut l'être parfois, mais aussi  très touchant.

On voudrait pouvoir protéger cette petite fille.

On voudrait qu'aucune petit fille, jamais,  ne vive cela.

 

Pour parler concrètement, c'est publié par l'harmattan au prix de 17,10€ et on peut, sur leur site, acheter le livre sous format e-book pour quelques euros de moins.

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog de joyeusement-votre
  • : un blog sur les petits riens qui rendent heureux, les recettes de bien-être, les méthodes et démarches, les livres, musiques, tout ce qui contribue à nous apporter joie, sérénité et pourquoi pas...bonheur ?
  • Contact

Recherche

Liens